Santa Sindone

sito ufficiale



 Saint Suaire (Française) » Science » La recherche » La recherche informatique » Le Suaire et les icônes 
Le Suaire et les icônes   versione testuale
fig.13
fig.13

fig.14
fig.14
fig.15
fig.15
fig.16
fig.16
fig.17
fig.17
fig.18
fig.18
L’informatique permet de vérifier la correspondance, affirmée par la recherche historico-iconographique, entre le visage du Suaire et les plus importantes icônes représentant le Christ.
Afin de pouvoir effectuer la comparaison de la manière la plus directe, l’idée a été de tirer de l’image tridimensionnelle du visage sans blessure (figure 6) une représentation droite et frontale, après modification d’angle et d’échelle : le résultat apparaît dans la figure 13.
Ensuite de quoi quelques-unes des icônes du Christ parmi les plus connues et les plus importantes à partir du VIème siècle, ont été numérisées afin d’effectuer une analyse comparative.
Les icônes choisies à cet effet ont été : le Christ du Mandylion (VIème siècle) – figure 14 –, le Christ de l’église Sainte Sophie à Salonique (VIIème siècle) – figure 15 –, le Christ Pantocrator de Daphni (XIème siècle), le Christ bénissant du Dôme de Monreale (XIIème siècle), le Christ du Toscan Meliore di Jacopo (XIIIème siècle), et le Christ du Monastère de Chilandari au Mont Athos (XIIIème siècle).
Les contours des différents visages du Christ représentés sur les icônes ci-dessus on été obtenus à l’aide d’un opérateur utilisé en traitement de l’image, l’« algorithme de Sobel », qui fournit automatiquement les lignes de transition sur les bords de structures présentant des variations de luminance. De cette manière on a pu faire ressortir les contours de la pyramide nasale, des arcades sourcilières, des zones orbitaires, des lèvres et de la structure globale du visage. La comparaison par superposition des différents visages du Christ dans les icônes met en évidence l’existence de traits communs, qui permettent de penser que l’image du Christ a pu se transmettre tout au long des siècles (figure 16).
Les traits caractéristiques des visages des icônes ont été ensuite superposés à l’image tridimensionnelle droite et sans blessures de l’Homme du Suaire. Les figures 17 et 18 montrent la superposition du visage du Suaire et du contour, respectivement de l’icône de la figure 14, et de l’icône de la figure 13.
Les résultats obtenus montrent un très grand nombre de points de concordance, à tel point qu’on peut estimer hautement probable l’hypothèse que le visage de l’Homme du Suaire ait été le prototype dont l’iconographie chrétienne s’est inspirée, du moins à partir du VIème siècle.