Santa Sindone

sito ufficiale



 Saint Suaire (Française) » Science » La recherche » Histoire de la recherche » La diffusion de la connaissance du Suaire 
La diffusion de la connaissance du Suaire   versione testuale

Une autre tâche très importante revient aux chercheurs : la divulgation des résultats des études et des recherches, avec l’engagement bien précis de garantir une information correcte, accessible à tous, mais scientifiquement inattaquable, et totalement étrangère à toute espèce de préjugé et de fondamentalisme. Ce qui malheureusement n’a pas toujours été le cas par le passé, avec la conséquence que trop souvent, au lieu des résultats des recherches et des études les plus significatives et les plus importantes, l’opinion publique n’a reçu que les échos, qui n’avaient rien de sérieux ni de scientifique, des discussions les plus absurdes et insignifiantes entre fondamentalismes opposés. De la France à la Grande Bretagne, de l’Espagne à la Russie, du Canada aux Etats-Unis, du Mexique au Nicaragua, du Brésil à l’Argentine, du Japon à l’Australie, et, naturellement, en Italie, il y a dans le monde de nombreux centres d’études qui peuvent mener à bien cette très importante tâche, ou plutôt, qui la mènent à bien depuis longtemps déjà.
A Turin, en 1959, fut fondé par l’Archevêque, Mgr Maurilio Fossati, le « Centre International de Sindonologie » (Centro Internazionale di Sindonologia), chargé d’encourager et de coordonner les études, les recherches et les initiatives concernant le Suaire aussi bien en Italie qu’à l’étranger, d’assurer tout soutien scientifique, technique et organisationnel utile au Custode Pontifical du Suaire dans le domaine sindonologique, de recueillir et de conserver tout ce qui concerne le Suaire, ainsi que de conserver, augmenter et valoriser les collections du Musée du Suaire et de la Bibliothèque du Suaire (qui recueille également une riche documentation photographique des deux dernières ostensions). Depuis longtemps le Centre s’applique non seulement à coordonner et développer la recherche sur le Suaire, mais encore à diffuser largement une information sérieuse et correcte, en pensant tout particulièrement au monde scolaire. C’est dans ce but que le Centre a fondé, dès l’année de sa naissance, la revue « Sindon », qui en est devenue l’organe officiel, et qui compte des abonnés dans le monde entier. Ses membres ont tenu des centaines de conférences sur le Suaire tant en Italie qu’à l’étranger. Enfin le Centre a veillé au développement du « Musée du Suaire », unique au monde, fondé en 1937 et devenu depuis 1998 – année de sa restructuration –, grâce à la richesse des pièces exposées et à ses équipements modernes (une salle multimédia, et un système moderne d’audioguides en quatre langues pour chacun des visiteurs) un des musées les plus importants et les plus connus de la ville de Turin. Parmi les pièces exposées, il y a : le coffret dans lequel a été conservé le Suaire du XVIIème siècle à 1998, celui qui a servi au transfert du Suaire de Chambéry à Turin en 1578, l’appareil utilisé par Secondo Pia en 1898 pour photographier le Suaire et les plaques originales des photographies de Pia et d’Enrie, des pièces scientifiques illustrant les différentes recherches à partir du début du XXème siècle, des gravures, des livres, des pièces de monnaie du XVIème siècle à aujourd’hui, une copie en peinture du Suaire datant du XVIème siècle, une statue grandeur nature réalisée à partir de l’image sindonique, etc… Au cours de ces trois dernières années le Musée a accueilli plus de 50 000 visiteurs provenant du monde entier.