Santa Sindone

sito ufficiale



 Saint Suaire (Française) » Vie de foi » La Cathédrale » La chapelle de Guarini 
La chapelle de Guarini   versione testuale

La charge de projeter et de réaliser la Chapelle destinée à abriter la Saint Suaire fut confiée en 1667 à Guarino Guarini, frère théatin, l’un des plus grands architectes du baroque piémontais. Guarini acheva ce travail en 1690.
Le projet était basé sur cette idée : le Suaire, témoignage extrême du mystère de la Rédemption, de la mort et de la résurrection de Jésus Christ. L’architecture même devient donc l’expérience pour « monter dans la mort » jusqu’à la lumière de la gloire divine.
On accède à la Chapelle par deux grands escaliers spéculaires placés au fond des deux nefs latérales du Dôme. Le marbre des marches et des revêtements est sombre, pour renforcer la sensation de « monter à l’intérieur de la terre », ainsi que l’écrivit Guarini lui-même. Les rampes aboutissent dans deux petites pièces circulaires d’où l’on peut voir la salle centrale, un cercle parfait plongé dans l’obscurité, et les pavements disséminés d’étoiles de bronze qui reflètent la lumière venant du haut. En regardant du bas vers le haut, on passe de la pénombre de la base à la lumière de la coupole.
La variation chromatique du marbre accentue la sensation d’élan vers le haut : du noir brillant de la base on passe au gris opaque de la coupole ajourée, allégée par les minces nervures du système de couronnes et d’arceaux s’appuyant les uns sur les autres.
La coupole, où sont aujourd’hui en cours des travaux de restauration pour effacer les dommages provoqués par l’incendie de 1997, contient un ensemble de symboles qui renvoient à la perfection divine. Toute la structure a été conçue sur la base des multiples de trois (la Trinité) et sur les figures parfaites (cercle, triangle, étoile) : une référence explicite au cosmos qui se meut vers la lumière du soleil, vu comme le « Christus Triumphans » qui guide l’homme vers le Salut.