Santa Sindone

sito ufficiale



 Saint Suaire (Française) » Vie de foi » La Cathédrale 
La Cathédrale   versione testuale
Le Dôme de Turin
Le Dôme de Turin

Le Dôme de Turin, dont la construction date des dernières années du XVème siècle (entre 1491 et 1498), a été édifié à un emplacement où auparavant s’élevaient les trois églises paléochrétiennes consacrées à Saint Sauveur, Sainte Marie « de Dompno » et à Saint Jean Baptiste. Voulu par le cardinal Domenico della Rovere, l’édifice actuel a été réalisé en style Renaissance sur projet du florentin Meo del Caprina, de Settignano. L’église est bâtie sur un plan en croix latine, et l’architecture intérieure est dominée par une ample nef centrale. Cette nef, délimitée par des pilastres en pierre de Suse, est flanquée de deux nefs plus petites que longent des murs périmétraux à l’intérieur desquels ont été aménagées treize chapelles (six le long de la nef droite, et sept le long de la nef gauche). La seconde chapelle sur le côté droit, consacrée aux saints Crispin et Crispinien, est d’une grande valeur artistique et contient des œuvres du peintre Defendente Ferrari. La première sur le côté gauche abrite le baptistère. Dans la chapelle de la Trinité (troisième de la nef gauche) est conservée la dépouille de Pier Giorgio Frassati (1901-1925), le jeune turinois proclamé Bienheureux par Jean-Paul II en 1990. La cathédrale de Turin conserve aussi une relique de Saint Jean Baptiste provenant de l’église de St Jean de Maurienne.
La façade du Dôme, dont les traits mettent en évidence les lignes des nefs qui divisent l’espace intérieur, est toute en marbre blanc avec un tympan et trois portails finement sculptés. Sur la partie centrale, la plus haute, le fronton triangulaire ; quant aux deux parties latérales, elles sont surmontées de volutes qui masquent les pans des toitures. Un escalier conduit au parvis de l’église.
Au cours du XVIIème siècle la partie terminale du chœur a été en grande partie démolie pour y aménager une chapelle de forme circulaire destinée à abriter le Suaire. C’est Guarino Guarini qui se chargea de la réaliser : il acheva ce travail en 1690.
Au cours de la nuit du 11 au 12 avril 1997 un incendie endommagea gravement la coupole de Guarini. Mais le Suaire ne se trouvait plus dans la chapelle : il avait été placé dans une châsse appropriée derrière le maître-autel du Dôme ; et il fut immédiatement transporté loin de la zone touchée par l’incendie.
Le Dôme a subi au fil du temps divers remaniements, comme la réfection de la nef centrale en 1656, l’ajout de fresques en 1834 et leur élimination durant les travaux de restauration menés entre 1927 et 1929. Mais la modification la plus importante par rapport au projet d’origine est certainement l’insertion dans l’ensemble de la chapelle qui abritait le Suaire.
Le campanile de brique rouge, dit de Saint André, placé à l’extérieur du Dôme, fut réalisé aux alentours de 1470 ; en 1720 il fut surélevé par Filippo Juvarra.
L’église inférieure, intégralement restaurée après l’incendie de 1997, abrite maintenant le Musée diocésain d’Art sacré, qui est compris dans les parcours muséaux de la « zona aulica » (centre historique) de Turin.
  • La chapelle de Guarini