Santa Sindone

sito ufficiale



 Saint Suaire (Française) » Ostensions » 1973 » L'annonce de l'Ostension télévisée de 1973 
L'annonce de l'Ostension télévisée de 1973   versione testuale

Dans l’homélie de dimanche dernier, en concluant dans le Sanctuaire dédié à Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus les célébrations du centenaire de la naissance de la Sainte, je souhaitais qu’elles ne restent pas seulement un souvenir cher, mais qu’elles nous aident à cheminer dans la voie qu’elle avait tracée.
Qu’il ne paraisse pas étrange que cette pensée me soit revenue en réfléchissant sur ce qui est advenu le 4 octobre devant le Saint Suaire exposé pour les essais indispensables dans le cadre de la préparation à l’ostension télévisée en projet.
Sainte Thérèse de Lisieux, qui dès janvier 1889 commença à signer, en ajoutant au nom qu’elle avait choisi au moment de sa prise d’habit, « Sœur Thérèse de l’Enfant Jésus », ces cinq mots brefs : « et de la Sainte Face », aimait se référer au chapitre 53 d’Isaïe – la « passion selon Isaïe – : le Christ « n’a ni apparence ni beauté pour attirer nos regards ». Mais elle citait également un texte liturgique en usage dans son monastère : « Son visage inspire l’amour, et sa face penchée sur moi me pousse à lui rendre amour pour amour ». L’image vivante de ce « visage qui inspire l’amour », nous, Turinois, avons le privilège de la garder dans le Saint Suaire.
Il est légitime de désirer contempler cette image qui rappelle avec une éloquence insurpassable le mystère de notre salut. « C’est la croix du Seigneur qui a apporté le salut au genre humain… Sa passion est le prix de notre rachat, sa mort est notre vie » : ainsi s’exprimait Maxime, notre saint Turinois.
Si, comme l’explique Monseigneur Cottino, l’ostension sous sa forme traditionnelle présente de graves inconvénients, aujourd’hui nous sommes en mesure de satisfaire, non pas la curiosité, mais la piété sincère de qui aperçoit dans cette vénérable relique la marque la plus évidente et la plus émouvante de l’Amour crucifié. Le moyen nous est offert par la télévision, à qui nous nous sommes adressés pour réaliser le désir de millions de croyants. « Le Christ fut suspendu à la croix pour libérer tout le genre humain du naufrage universel ». L’énergique expression de Saint Maxime est une invitation à regarder avec un sentiment de foi, d’adoration et de gratitude immense vers le Christ crucifié. Pour nous y aider, nous pouvons contempler son image sur le linceul dans lequel Joseph d’Arimathie enveloppa le très saint corps du Sauveur.
J’invite les diocésains à se préparer dans cet esprit à l’événement attendu et désiré par tant et tant de frères. Ce sera là aussi une incitation efficace à nous renouveler intérieurement pour nous rendre conformes à l’image du Fils de Dieu, à nous laisser nous réconcilier avec Dieu, selon l’avertissement de Paul, en vertu du Christ mort pour nous, et de cette façon œuvrer à la réconciliation des hommes dans la justice et dans l’amour.
 
Cardinal Michele Pellegrino